Scénarios potentiels dans les APE et implications pour le processus d’accords continentaux de libre échange

GH RADIO 01

Le scénario actuel sur le commerce entre l’Afrique et l’Union Européenne est focalisé sur les accords de partenariat économique (APE). Ces négociations visent à conclure des accords qui entraîneront des préférences réciproques de commerce entre l’UE et des pays africains. D’un côté, l’UE est désireuse de conclure l’accord qui ouvrirait le marché africain aux marchandises de l’UE et qui maintiendrait un accès préférentiel pour les produits africains sur le marché interne de l’UE. D’autre part, beaucoup de pays africains luttent avec plus de détermination contre la soumission à des négociations qu’ils sentent dominées par l’UE.

 

Alors que les soucis principaux pour les pays africains à propos des APE sont relatifs, entre autres, au manque de revenus que les pays africains cesseront de recevoir et aux conséquences pour l’industrie africaine, les APE posent d’autres défis à la relation entre les pays africains, qui faussera la relation avec l’UE.

 

En janvier 2012, le Sommet de l’Union Africaine a pris la décision d’établir la procédure accélérée pour une zone continentale de libre-échange d’ici 2017, dans le but de relancer le commerce intra-africain. Pour cette raison, la manière dont les différents pays progresseront dans les négociations des APE aura des implications importantes pour la promotion du commerce intra-africain dans le contexte de l’accord continental de libre-échange. Ils sont nombreux, les défis auxquels les pays africains sont affrontés pour adapter leur industrie et leur économie aux APE, comme renforcer les capacités de production, améliorer l’infrastructure ou organiser des facilités pour le commerce. Si les pays africains signaient les APE, alors le continent serait submergé par des produits européens et il devrait entrer en compétition avec des économies qui ont un degré élevé de développement.

 

Dans leur effort pour renforcer les capacités de production, les pays les plus pauvres d’Afrique perdront l’opportunité de développer leurs industries domestiques dans des produits à plus haute valeur, et ils seront limités à n’échanger que des produits de moindre valeur. Par conséquent, ce qui est une opportunité devient une extension de la même situation. Si des pays africains refusent de signer l’APE, certains pays perdront l’accès préférentiel au marché européen mais alors ils auront l’opportunité de renforcer leurs industries et de stimuler le commerce intra-africain. Le renforcement des économies africaines dépend d’un développement holistique de leurs capacités et de leurs industries et pas d’une augmentation potentielle d’exportations de produits de base vers des pays occidentaux. 

 

En savoir plus

 

Go back