Dangers de la 10e conférence ministérielle de l’OMC: Nouveau cycle + TTIP + TPP + APE

www.popularresistance.org

On parle beaucoup ces jours-ci du TTIP, partenariat économique transatlantique de commerce et d’investissement. Les Africains savent très peu de choses au sujet du TTIP. D’autre part, les Africains ont énormément souffert des APE (accords de partenariat économique) pendant les trente dernières années, mais peu de personnes en Europe sont au courant de cela. Pourquoi les gens en Europe ne savent-ils pas, ou ne se soucient-ils pas de savoir ce que sont les APE ? Qu’est-ce que tout ce remue-ménage à propos du TTIP, et pourquoi est-il important pour les Africains d’être au courant ?

 

Une réponse brève est que la MCA 10 de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) ne concerne pas seulement l’économie. Celle-ci n’est que le point d’entrée vers ce qui est essentiellement une affaire de pouvoir économico-politique du capital des grandes sociétés. L’OMC, le TTIP (partenariat transatlantique de commerce et d'investissement), également connu sous le nom de traité de libre-échange transatlantique (TAFTAen anglais), le TPP (accord de partenariat transpacifique), le NAFTA (accord de libre-échange nord-américain), le CETA (accord économique et commercial global entre les Etats-Unis et le Canada) et les APE (accords de partenariat économique) sont des sites contestés dans la lutte entre le pouvoir économique des pays occidentaux et les gens. Contrairement à l’OMC, qui est un système commercial multilatéral, le TTIP est un système bilatéral de commerce et d’investissements entre les Etats-Unis et l’Europe. D’autres accords bilatéraux incluent les APE – accords de partenariat économique entre l’Europe et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

 

Une section importante de la société civile en Europe s’oppose au TTIP et aux APE. L’opposition au TTIP se ramène essentiellement à trois objections majeures : son caractère secret et son manque de transparence et de redevabilité ; la menace de prise de contrôle des économies de l’Europe par des sociétés transnationales ; et le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et états qui met le système judiciaire en dehors de la juridiction nationale.

 

Vers la fin de 2014, on a annoncé que les gouvernements de la Communauté d’Afrique orientale avaient signé les APE. De nouveau, comme pour le TTIP, c’est une lutte entre le peuple d’un côté et le capital global des grandes sociétés de l’autre. L’APE a été signé sous la pression croissante des grandes entreprises. Ce qui a rendu précaire la position des gouvernements africains, c’est leur dépendance de la soi-disant ”aide économique” de l’Europe. Mais, alors que les grandes entreprises faisaient pression pour la signature de l’APE, les fermiers pauvres et la population souffrent.

 

En savoir plus : (en anglais, mais le site www.pambazuka.net a aussi des articles intéressants en français)

Go back