1309 Compenser les émissions de carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

Le projet de lutte contre la déforestation à Madagascar, géré par le WWF (Fonds mondial pour la nature) et GoodPlanet et cofinancé par Air France, menace des communautés forestières. Pour Air France, ce projet sert à améliorer son image dans le grand public, car l’entreprise ferait un effort pour compenser ses émissions. Les conséquences pour les communautés locales sont dramatiques puisqu’elles n’auraient plus accès à leurs terres cultivables.

 

Avec ce projet, la compagnie aérienne a l’intention de réduire le taux de déforestation pour compenser ses propres émissions de gaz à effet de serre. Malgré l’inclusion d’un volet de développement socio-économique pour les populations locales, ce projet a provoqué une restriction de l’accès aux ressources naturelles et a augmenté la pauvreté auprès des communautés forestières.

 

Effectivement, le projet a fortement limité les droits d’usage de la communauté locale, qui dépend de la forêt pour sa survie. Tandis que le projet a un objectif louable, notamment réduire la déforestation, les communautés locales sont négligées. Les compensations pour les villageois sont nettement insuffisantes et le projet ne prévoit pas assez de soutien pour les agriculteurs locaux.

 

Le projet n’a pas réussi à s’occuper suffisamment de la communauté locale, ce qui a augmenté l’insécurité alimentaire aux environs du projet. Nombre d’agriculteurs familiaux ont beaucoup de peine à nourrir leurs familles à cause de l’accès réduit aux ressources naturelles provoqué par le projet d’Air France.

 

Source: Basta!

Go back