1202 NOUVELLES SUR LES MEDICAMENTS ET LA SANTE – FEVRIER 2012

Afrique du Sud - Production des composants pharmaceutiques actifs pour le SIDA

Le gouvernement sud-africain a annoncé la construction d'une usine destinée à la production de composants entrant dans la fabrication d'antirétroviraux. Cette usine, la première du genre dans le pays, sera une entreprise associant l'entreprise publique sud-africaine Pelchem et le groupe helvétique Lonza. L'Afrique du Sud est le pays qui compte le plus grand nombre de personnes séropositives au monde, avec quelque 5,6 millions de personnes infectées par le VIH. C'est aussi le pays qui a le plus important programme de distribution d'antirétroviraux. Alors que la plupart des antirétroviraux qui y sont utilisés sont fabriqués localement, tous les composants pharmaceutiques actifs (IPA) qu'ils contiennent sont actuellement importés. La nouvelle usine devrait permettre de fournir 40% des besoins du pays en la matière.

http://www.seronet.info/breve/generiques-l%E2%80%99afrique-du-sud-s%E2%80%99allie-une-firme-46825

 

Des faux médicaments mettent des millions à risque

Selon les scientifiques, environ 800.000 personnes sont tuées par le paludisme chaque année.   Les médicaments antipaludiques de mauvaises qualités ou contrefaits retrouvés en vente dans 11 pays africains entre 2002 et 2010, constituent une menace pour le contrôle de la maladie en Afrique et pourrait mettre des millions de vies en danger. Les chercheurs avertissent que les médicaments contrefaits pourraient conduire à la résistance à l'artémisinine, un des médicaments les plus efficaces utilisés pour traiter le paludisme. En effet, de petites quantités de dérivés de l'artémisinine sont mises dans quelques produits contrefaits afin de s'assurer qu'ils passent des tests d'authenticité.

http://www.bbc.co.uk/news/health-16588153

L’Agence Européennes des médicaments (EMA) approuve des médicaments

 

L’Agence Européenne des Médicaments (EMA) en coopération avec le projet de présélection de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), peut donner un avis scientifique -une évaluation de la qualité/sécurité/efficacité du produit selon les normes internationalement reconnues- ce qui équivaut à l'approbation des médicaments. Ceux-ci peuvent être employés en dehors de l'Europe et doivent viser à prévenir ou à traiter des maladies d'intérêt majeur pour la santé publique. Cela comprend des vaccins utilisés dans le Programme élargi de l’OMS de vaccination contre ou pour la protection des maladies prioritaires pour la santé publique, ainsi que des médicaments pour des maladies cibles de l'OMS telles que le VIH / SIDA, le paludisme ou la tuberculose.

 

http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Other/
2012/02/WC500122945.pdf

 

La politique européenne peut causer des morts

L’accord de libre-échange de l’UE avec l’Inde menacent les génériques et donc l’accès aux soins. Depuis quelques années l’Europe, signe des accords bilatéraux qui ont des lourdes conséquences pour les malades. Si les gouvernements des pays pauvres signataires de tels accords y trouvent un intérêt pour leur économie locale à court terme, ils compromettent ainsi leurs systèmes de santé, et les intérêts de leurs populations à moyen terme. Ces accords proposent une extension du droit de propriété intellectuelle et repoussent ainsi le moment où les fabricants de médicaments génériques pourront y avoir accès et en produire des copies. Ces accords défendent avant tout des intérêts privés au nom d’intérêts prétendument publics.

http://www.actupparis.org/spip.php?article4459

 

l’ACTA, l’accord international anti-contrefaçon,
un échec

L’Union Européenne a signé l’accord ACTA (Traité Commercial des Contrefaçons) qui doit désormais être ratifié par le parlement européen et les parlements nationaux. ACTA, entretient l’amalgame entre les faux médicaments, et médicaments génériques à bas prix, ces copies légales des molécules, moins chères, dont la diffusion a rendu possible l’accélération des mises sous traitements de personnes vivant avec le VIH partout dans le monde, notamment dans les pays les plus pauvres. Si ACTA est appliqué, des médicaments génériques, par exemple en provenance d’Inde, pourront être saisis aux douanes. Sans les médicaments génériques à bas prix, il n’aurait jamais été possible de mettre 6,6 millions de personnes sous traitement. Plutôt que d’accélérer les efforts pour faire baisser le prix des traitements et sauver les vies de plus de personnes, les négociateurs d’ACTA signent un chèque en blanc aux multinationales du médicament.

http://www.actupparis.org/spip.php?article4748

 

Des manifestations partout dans le monde dissent
“NO à l’ACTA”

Samedi 11 février ce fut une mobilisation générale contre ACTA. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes partout dans le monde. L’Allemagne, la Pologne, la République-Tchèque et la Slovaquie, ont annoncé leur intention de suspendre la ratification de ce traité anti-contrefaçon ACTA. L’ACTA a été signé par l’Union européenne et les pays riches dans le plus grand secret. C’est un cadeau inestimable fait aux grandes industries. ACTA rend plus difficile l’accès aux soins de malades du cancer ou du sida, surtout des plus pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter des médicaments brevetés. Les génériques pour lutter contre le sida en Afrique seront bloqués à la frontière, les contrevenants lourdement condamnés pour contrefaçon.

http://www.humanite.fr/cactus/les-medicaments-generiques-
devenus-contrefacon-489665

 

La crise financière peut tuer dans les pays pauvres

La crise financière qui sévit en occident sera lourdement ressentie par les pays du sud qui bénéficient de l’aide de ces pays. Le Fonds Mondial avait déjà souligné cela en suspendant ses subventions pour les deux années à venir faute de moyens suffisants pour répondre aux besoins des pays en matière de lutte contre les trois maladies. Selon MSF, en République démocratique du Congo, 28 000 personnes séropositives qui devaient être sous traitement ne pourront pas l’être  en raison de l’insuffisance de l'aide étrangère provenant de plusieurs donateurs qui traversent des périodes de récession financière aigue et ces personnes pourraient mourir faute de traitement.   

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2012-01-27-fonds-mondial

 

Go back