1206 NOUVELLES sur les MEDICAMENTS et la SANTE - JUIN 2012

ASMQ, un traitement sûr, rapide, fiable et efficace contre le paludisme

Cipla, l'une des principales industries pharmaceutiques de génériques dans le monde, en collaboration avec l'Initiative pour des médicaments pour les maladies négligées (DNDi) ont lancé ASMQ, une combinaison à dose fixe « d'artésunate (AS) 1 + méfloquine (MQ) 2 » pour le traitement du paludisme résistant simple. Il s’est avéré être un traitement sûr, rapide,  efficace et fiable recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). La nouvelle combinaison simplifie le traitement pour le patient avec une dose unique de 1 ou 2 comprimés pendant 3 jours. Ainsi les médicaments sont pris ensemble et dans des proportions correctes.

http://dndi.org/press-releases/113-press-releases.html?id=453  (Fr)


 

Le zinc améliore le traitement infantile anti-infectieux

En 2004 l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déjà recommandé du zinc et des sels de réhydratation par voie orale (SRO) pour traiter la diarrhée, un symptôme des infections et un tueur d'enfants de premier plan. Depuis lors de nombreux pays à faible et moyen revenu ont changé leurs politiques de traitement de la diarrhée pour y inclure le zinc. Pourtant, seul une "très faible proportion" des enfants qui ont besoin de zinc y ont accès. Aujourd'hui, une étude clinique menée en Inde, montre que des centaines de nourrissons gravement malades qui ont reçu du zinc - un micronutriment essentiel pour le système immunitaire et la croissance humaine – et des antibiotiques, ont répondu plus vite et mieux au traitement que ceux qui n'ont pas pris du zinc. Cette constatation est la première preuve qu’un supplément de zinc peut favoriser la survie infantile dans toute infection.

http://blog.santelog.com/2012/06/03/infections-bacteriennes-le-zinc-reduit-de-40-les-complications-chez-le-nourrisson-the-lancet/ (Fr)

 

Le rude combat contre les maladies négligées

Dans les pays du Sud, 1,4 milliard de personnes sont touchées par des maladies tropicales "négligées". Faute de débouchés commerciaux rentables dans les régions affectées, les laboratoires pharmaceutiques ont, depuis toujours, délaissé la mise au point de traitements pour y faire face. La résolution adoptée par l'OMS lors de son Assemblée annuelle 2012 enclenche un processus intergouvernemental qui pourrait déboucher sur une convention-cadre destinée à stimuler la recherche médicale sur les maladies frappant les pays en développement. Le modèle actuel de financement et de détermination des priorités de la R&D (recherche et développement) présente de nombreux défauts. Le défi consiste à dissocier les profits des découvertes médicales afin que les patients qui n’ont pas les moyens de se payer des innovations médicales puissent malgré tout en bénéficier.

http://www.irinnews.org/fr/Report/95559/Analyse-Pour-un-partage-plus-%C3%A9quitable-des-co%C3%BBts-et-des-b%C3%A9n%C3%A9fices-de-la-R-D  (Fr)

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/05/28/le-rude-combat-contre-les-maladies-negligees_1708370_3208.html?xtmc=medicaments&xtcr=1 (Le Monde)

 

Le taux de mortalité maternelle en baisse
en Afrique sub-Saharienne

Le taux de mortalité maternelle en Afrique sub-saharienne a baissé de 41 pour cent en 20 ans. Le taux de 1990, de 850 décès pour 100.000 naissances vivantes a diminué à une moyenne régionale de 500 décès pour 100.000 naissances vivantes en 2010. Les nouveaux chiffres pour 2010 ont été libérés dans le rapport « Tendances de la mortalité maternelle: 1990 à 2010 » de l'OMS, l'UNICEF, le FNUAP et la Banque mondiale. Le taux de mortalité maternelle (TMM) est considéré comme élevé s’il dépasse 300 décès pour 100.000 naissances vivantes, et extrêmement élevé s’il y a plus de 1000 décès pour 100.000 naissances vivantes.

http://www.afriquejet.com/sante-diminution-des-deces-maternels-2012051738584.html (Fr)

 

Santé publique à la croisée des chemins

Depuis l'aube de la civilisation, l'humanité a fait des progrès remarquables dans la promotion de la santé publique et l'amélioration de la santé des gens, mais aujourd'hui nous sommes confrontés à de nouveaux problèmes de santé. Au cours des 100 dernières années, des avancées scientifiques et technologiques en matière de santé ont apporté des progrès accélérés dans le contrôle des maladies transmissibles, mais, les facteurs de réussite fondamentaux ont été liés au développement social et économique ainsi qu’à l’amélioration de l'environnement, logement, nourriture, nutrition, éducation, approvisionnement en eau, hygiène et assainissement, ainsi qu’à d'autres déterminants de la santé. La santé publique en tant que discipline est à la croisée des chemins. Il y a des changements majeurs dus en partie à la mondialisation, les réformes politiques et économiques, la technologie, et des changements sociaux et épidémiologiques dans la façon dont nous gérons les systèmes de santé. Tous les acteurs concernés doivent être prêts à répondre à un programme sanitaire publique toujours croissant, qui inclut de nouveaux problèmes.

http://thecitizen.co.tz/business/13-local-business/22464-public-health-at-a-crossroads.html (en anglais)

 

Couverture maladie universelle

La considérable escalade entre 1990 et 2008 de l'appui international aux programmes de santé mondiaux a engendré une augmentation massive des services médicaux et de santé publique dans les pays pauvres. Les maladies infectieuses largement axées sur les initiatives de santé mondiales et la demande croissante pour les maladies chroniques ont placé partout dans le monde un fardeau énorme sur les systèmes de santé. La montée en flèche de l'intérêt et du financement, propulsé en grande partie par l'expansion de la pandémie du VIH, a conduit à une rapide prolifération des programmes médicaux et de santé publique, qui a amené la fragmentation, le désordre et la concurrence entre eux. Cela a eu de lourdes conséquences en Afrique sub-saharienne et a contribué à la décadence des systèmes de santé nationaux.

http://www.who.int/features/factfiles/universal_health_coverage/fr/index.html (en anglais)

 

 

Go back