1106 NOUVELLES SUR LA SANTE ET LES MEDICAMENTS - JUIN 2011

Il est impossible d’empêcher les professionnels de bouger

Dans le monde en développement, des dizaines de milliers de travailleurs sanitaires ont quitté leur pays, à la recherche de meilleures opportunités à l’étranger. Leurs raisons sont variées mais souvent ils/elles cherchent des meilleures conditions de travail et un salaire plus approprié. Une de ces infirmières raconte son histoire et dit qu’il est impossible d’empêcher les gens de bouger. Malgré les difficultés, le fait de quitter son pays et d’aller autre part est un processus d’apprentissage.

http://www.irinnews.org/PrintReport.aspx?ReportID=93035

Le vaccin contre le paludisme et les avantages supplémentaires

Le vaccin contre le paludisme qui a échappé à la science médicale depuis des décennies est désormais à portée de main, avec la phase finale des essais cliniques en cours dans sept pays africains, dont le Malawi, où la maladie réclame 6.500 vies par an, en majorité des enfants de moins de cinq ans. La plupart des chercheurs conviennent que le vaccin contre le paludisme ne se substituera pas aux mesures actuelles de prévention, mais pourrait grandement réduire la mortalité de la maladie et créer des énormes gains financiers pour les pays où le paludisme est endémique. Les chercheurs en santé publique estiment que, dans ces pays, le paludisme absorbe directement 1 % du PIB, sans compter les coûts indirects comme la perte d'heures de travail.

http://www.irinnews.org/fr/reportfrench.aspx?reportid=93037

L'investissement contre le paludisme est rentable

Le rapport « L’Investissement des entreprises dans la lutte contre le paludisme - Retombées économiques et protection de la main d'œuvre en Afrique », rédigé par le Partenariat RBM (Roll Back Malaria, Faire reculer le paludisme) et rendu public lors du Forum économique mondial (WEF) sur l'Afrique qui s'est déroulé à Cape Town, révèle que des programmes antipaludiques efficaces génèrent des bénéfices considérables pour les entreprises. Cette analyse repose sur des études de cas réalisées en Zambie, en Guinée équatoriale, au Ghana et au Mozambique.

http://www.rollbackmalaria.org/fr/globaladvocacy/pr2011-05-05.php

Des critiques sur les depenses de GAVI pour les vaccins

Certains critiques remettent en question la façon de fonctionner de GAVI (l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination), l’un des majeurs fournisseurs des vaccins dans les pays en développement. GAVI, une initiative public-privé qui a réussi à recueillir récemment 4,3 milliards de dollars, est attaqué par la manière dont il dépense son argent. Le programme de GAVI est basé sur un besoin croissant d’argent, année après année, pour obtenir des vaccins pour les pays pauvres. Cette méthode ne permet pas à ces pays de devenir autonomes, car les prix de certains vaccins achetés par GAVI sont inabordables. Il y a aussi un « conflit d’intérêts » entre le programme de vaccination et des compagnies pharmaceutiques qui siègent à son conseil de direction.

http://www.camertalk.com/readmorehead.php?newsid=5674

 

Afrique du Sud - La révolution du système de santé

Le département de la santé de l’Afrique du Sud a révélé que chaque circonscription électorale aura à l’avenir une équipe d’infirmiers de soins de santé primaires, qui sera en relation avec les équipes de médecins spécialistes affectés aux districts où la mortalité maternelle et infantile est élevée. Le recrutement d'infirmiers à la retraite pour promouvoir la santé dans les écoles débutera en Juin 2011. A la suite d’un voyage du ministre de la santé au Brésil il avait annoncé sa détermination à revitaliser le système des soins de santé primaires, s’inspirant de certaines réussites du pays latino-américain.

http://www.health-e.org.za/news/article.php?uid=20033192 (seulement en anglais)

AFRIQUE DE L'OUEST – Diminution considérable des cas de méningite

Suite à l’introduction d’un nouveau vaccin pour la méningite A il y a eu un déclin historique des cas de cette maladie dans 3 pays d’Afrique Occidentale : le Burkina Faso, le Mali et le Niger.  GAVI affirme que si chaque pays peut trouver suffisamment de fonds pour cofinancer la campagne, elle serait étendue en 2016 aux 25 pays de la ceinture de méningite en Afrique. Mais le déploiement de ces campagnes capables de protéger des millions d’Africains sont menacées par leur coût de $ 375 millions. Or une nouvelle étude coût-avantages prédit d’énormes économies au cours des dix prochaines années si le vaccin est utilisé en lieu et place des vaccins existants.

http://www.meningvax.org/files/PR_MenAfriVacimpact_9juin2011_FR.pdf

video http://video.who.int/streaming/MenAfriVac/MenAfriVac_eng.wmv (anglais et français melangé)

Les ONG et l'accès aux médicaments essentiels

L'article décrit et évalue l'activité des ONG et des entreprises sociales de vente des médicaments essentiels en gros. En général les populations des pays pauvres à faible revenu ont des difficultés pour accéder à des médicaments essentiels qu’ils doivent payer de leur argent. Ils doivent acheter les médicaments sur des marchés peu réglementés, et cela peut porter préjudice à leur santé, produire une résistance aux médicaments et augmenter leur appauvrissement.  En l'absence de réglementation gouvernementale, les entreprises sociales et les ONG peuvent améliorer l'accès aux médicaments essentiels de bonne qualité, car ils peuvent exercer une large influence sur la réglementation des marchés, en influençant le comportement des concurrents.

http://www.eldis.org/cf/rdr/?doc=58232  (en anglais)

L'EUROPE ne dissipe pas la peur des saisies de médicaments

En 2008, des expéditions de médicaments génériques légitimes qui transitaient par l'Europe ont été saisies par les autorités douanières de l’UE sur des allégations de violation des droits de Propriété Intellectuelle (brevets). Des membres du Parlement européen, des ONG et certains membres de l'OMC[1] ont exprimé leur inquiétude concernant l'impact de ces détentions sur le commerce des médicaments légitimes. La Commission Européenne déclara qu’une nouvelle réglementation douanière répondrait à ces préoccupations sur la saisie illicite des expéditions de médicaments génériques qui transitent par les ports européens. Mais le règlement proposé actuellement ne modifie pas les règles existantes qui définissent ce qu'est une violation des DPI[2], et ne traitent pas de manière appropriée le problème de l'interception erronée de médicaments génériques légaux.

http://www.ip-watch.org/weblog/2011/05/31/proposed-eu-customs-regulation-may-not-dispel-fear-of-wrongful-drug-seizures/?utm_source=daily&utm_medium=email&utm_campaign=alerts (en anglais)



[1] Organisation mondiale du commerce

[2] Droits de Propriété Intellectuelle


Des questions juridiques sur la « contrefaçon »

L’ACAT,  l'Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA en anglais) qui sous couvert de lutte contre la piraterie renforce les droits de propriété intellectuelle, a été questionné par des parlements et par la société civile dans de nombreux pays. En Janvier 2011, « Avis d'universitaires européens sur l'ACTA » a été publié. En Juin le Sénat mexicain a demandé au gouvernement de ne pas signer l’Accord. Fin Juin le comité de Commerce du Parlement européen (INTA) a demandé au service juridique du Parlement de répondre à quelques questions au sujet de l'ACTA par rapport au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

http://acta.ffii.org/?p=655  (en anglais seulement)

Go back