Nouvelles Changement climatique juillet / août 2013

Le marché du carbone : terrain de jeu pour les  spéculateurs

 

Les crédits de carbone sont devenus des biens lucratifs sur les marches internationaux, ceci est un danger pour les pays et les populations africaines qui planifient de participer aux projets REDD+. Le marché du carbone n’est pas une solution au changement climatique, mais une machine à faire de l'argent pour quelques investisseurs. Effectivement, leurs forêts risquent de devenir la propriété des spéculateurs internationaux à la recherche des bénéfices à court terme. Dans les articles ci-dessous, vous trouverez des exemples des services de conseils financiers qui utilisent l’épargne de leurs clients pour investir dans le marché du carbone. Dans les deux articles vous trouverez des exemples des bureaux de consultants financiers, qui trompent leurs clients avec la vente des crédits de carbone.

 

Source Article 1 : Redd-monitor

(uniquement en anglais)

Source Article 2 : Redd-monitor

(uniquement en anglais)

 

Les impacts sur les communautés locales des projets forestiers et de l’exploitation forestière

 

Cet exemple de Cameroun démontre clairement les dangers des projets “sociaux” dans les zones forestières. Ces dangers incluent : la perte de biodiversité, l’augmentation d’émissions de gaz à effet de serre et la faute de paiement des compensations pour la population locale. Les villageois ont rencontré des difficultés avec les exploitants forestiers, malgré l’existence d’un système de registration pour la forêt communale. (1er article). Le deuxième article est le récit d’une opposition de la jeunesse contre la disparition d’espèces d’arbres traditionnelles comme conséquence de  l’exploitation commerciale de la forêt. 

 

Source Article 1 : La voix du paysan

 

Source Article 2 : La voix du paysan

 

 

Go back