REDD+ : demande d'un moratoire

Plusieurs mouvements sociaux, y compris les organisations des peuples autochtones, se sont réunis dans la ville de Durban pour participer à des événements entourant la Conférence des Parties (CdP) 17, parmi eux, plusieurs membres et partenaires du Réseau DESC.

Beaucoup de ces groupes se sont réunis pour lancer la demande récente d'un moratoire sur les projets REDD + jusqu'à ce que des garanties soient en place pour assurer la protection des droits des peuples autochtones, leurs connaissances des territoires et leur droit au consentement libre, préalable et informé.

Ces groupes ont dénoncé l'inefficacité du mécanisme REDD (Réduction des émissions issues de la dégradation et la déforestation) comme une réponse pour relever le défi du changement climatique; parce qu'il ne contribuera pas à la réduction des gaz à effet de serre et, en fait, il facilite la déforestation. Ils soulignent le fait que REDD a été formulé comme un mécanisme de marché qui favorise la marchandisation de la forêt et menace les peuples indigènes du déplacement forcé de leurs terres pour établir des monocultures pour les aliments génétiquement modifiés et des plantations forestières.

Go back