1610 QUELQUES NOUVELLES DU CAMEROUN

Durant mon séjour à Yaoundé, j'ai eu l'occasion de rendre visite à trois communautés religieuses que m'avaient indiquées leurs «correspondantes» en France.

 

C'est ainsi que j'ai rencontré deux des trois sœurs de la Providence de la Pommeraye au pied de la colline de Mvolyé où elles se sont installées récemment : camerounaise et burkinabé: la troisième, malgache, était dans son pays. Elles sont bien placées pour accueillir les jeunes sœurs en étude dans cette ville largement pourvue en ressources intellectuelles aussi bien religieuses que profanes.

 

Plus éloignées du centre, dans le quartier populaire de Mimboman, les six sœurs de Notre Dame de la Compassion, espagnoles, camerounaise, portugaise, malgache, sont engagées dans des activités diverses : d'abord la santé (elles gèrent un centre de santé et envisagent d'ouvrir une maternité), mais aussi les enfants de la rue, les études...

 

Trois sœurs de la Providence de Ribeauvillé, originaires du Congo Brazzaville, sont aussi investies dans la santé : leur maison colle au dispensaire tout juste achevé et qui allait s'ouvrir quand je leur ai rendu visite. 

 

Ce qui m'a frappé c'est que la plupart des religieuses ignorent le nom même du réseau Foi et Justice. Certaines, en particulier les supérieures, connaissent quand même Annie Girard, ex-coordinatrice de l'antenne du Cameroun. Elles disent qu'elles ont besoin d'être informées et formées sur les activités du réseau Foi et Justice.

 

J'ai eu l'occasion de rencontrer le nouveau coordinateur de l'antenne du Cameroun, Armel Fopa, un prêtre carme, ainsi que le Président de l'association, Paulin Neme, qui se trouve être également le Président des Supérieurs majeurs du Cameroun. J'ai pu participer au conseil d'administration de l'antenne dont j'ai apprécié la qualité des membres.

 

Début septembre, comme chaque année, j'ai accompagné Annie Girard, même si elle n'est plus coordinatrice, dans sa visite rituelle au Secours catholique-Caritas France pour faire le point sur les activités de l'antenne. Comme le SC envisage de se retirer du Cameroun, Aude Adley, chargé des projets de ce pays, a suggéré deux voies nouvelles pour conserver un partenariat entre l'antenne du Cameroun et le SC : en rejoignant le collectif Tournons la page (se reporter au site) autour des relations des entreprises avec les pouvoirs politiques en Afrique ; ou en s'associant avec d'autres dans le cadre d'un vaste programme de l'Union européenne autour des droits de l'homme.

 

24 septembre 2016

Jean-Louis Marolleau

Go back